CompatibilitĂ© Alimentaire 👀

Le pourquoi?

Chaque aliment a ses caractéristiques, qui activent différentes fonctions digestives. En les mélangeant, nous rendons ces processus naturels difficiles.

Les associations alimentaires ne sont pas un encore un régime de plus mais un ensemble de bonnes pratiques qui respecte votre physiologie pour une meilleure digestion et assimilation des nutriments.

Pourquoi dissocier les aliments ?

A chaque nutriment sa digestion ! Chaque groupe d’aliment : amidons, protĂ©ines, lĂ©gumes, fruits sollicite diffĂ©rentes enzymes digestives, chacun Ă  son rythme.

Notre digestion se fait par Ă©tape, le corps est ainsi fait.

De mauvaises associations bloquent la digestion d’un ou plusieurs groupes d’aliments. Les aliments non digĂ©rĂ©s qui « attendent leur tour » fermentent et putrĂ©fient dans votre corps ! GĂ©nĂ©rant ainsi des Ă©missions de toxines, gaz, ballonnements, et autres troubles de l’estomac et de l’intestin. A long terme, les mĂ©langes indĂ©sirables entrainent une vraie fragilitĂ© des muqueuses intestinales, crĂ©ant un terrain favorable Ă  un affaiblissement du systĂšme immunitaire et aux maladies chroniques.

Quel est l’intĂ©rĂȘt des combinaisons alimentaires ?

De la recherche de la meilleure digestion possible est nĂ©e le rĂ©gime des combinaisons alimentaires. En effet, une digestion imparfaite ou ralentie provoque des fermentations et putrĂ©factions intestinales, sources notamment de troubles digestifs et d’intoxination (absorption par le sang des toxines nĂ©es dans l’intestin) et qui peuvent ĂȘtre Ă  l’origine de toutes sortes de maladies.

Les bonnes combinaisons alimentaires s’appuient sur le principe que les familles alimentaires que sont les amidons, farineux, protĂ©ines, lĂ©gumes et fruits se digĂšrent trĂšs diffĂ©remment du fait que  :

  • la durĂ©e de digestion diffĂ©rente pour chaque catĂ©gorie d’aliments
  • le degrĂ© d’aciditĂ© nĂ©cessaire est diffĂ©rent pour chaque catĂ©gorie d’aliments
  • Des enzymes diffĂ©rentes (les enzymes permettent de dĂ©grader les aliments en Ă©lĂ©ments unitaires assimilables que l’on appelle nutriments : glucides, acides aminĂ©s, acides gras,). Chaque sorte d’enzyme s’occupe uniquement d’un type d’aliment Ă  l’exclusion de tout autre.

A titre d’exemple :

La ptyaline se trouve dans la bouche et plus particuliĂšrement dans la salive. Elle permet de commencer la dĂ©gradation des amidons et a besoin d’un milieu alcalin.

La pepsine se trouve dans l’estomac et concasse les protĂ©ines en peptides. Pour se faire il lui faut un milieu acide.

La lipase pancréatique associée à la bile dégrade les graisses dans le duodénum en acides gras.

Cet exemple montre que la digestion de la viande (protĂ©ine/milieu acide) et celle de cĂ©rĂ©ales (amidon, farineux/milieu alcalin) au mĂȘme repas sont « contradictoires »

Les catĂ©gories d’aliments

Les protéines

ProtĂ©ines fortes > viande, poisson, Ɠuf, fromages cuits, crustacĂ©s


Protéines faibles > les légumineuses, le tofu, les algues, les oléagineux, les champignons, amandes, noisettes.

Protéines de produits laitier

Différents types de protéines

  • Noix
  • LĂ©gumineuse
  • Viande
  • Fromage

Amidon et Farineux

Amidons forts > Riz, Blé (type pùtes, pain
), avoine, épeautre, orge, avoine, maïs, seigle, sarrasin et millet


Amidons faibles ou farineux > les patates douces et pomme de terre, chĂątaignes, courges.

Les légumes Verts

Légumes verts ou colorés crus ou cuits (Colorés mais non farineux)

Lipide 

Huile et graisse

Fruits

Melons et pastĂšques

Miel, sucres, mélasse et autres sucrants

Produits laitiers

L’eau

Les pires combinaisons

Les combinaisons suivantes ne sont pas favorables:

L’une des combinaisons alimentaires les plus nocives et Ă  absolument Ă©viter est une protĂ©ine forte avec un farineux fort (car la digestion en milieu acide de la protĂ©ine bloquerait instantanĂ©ment celle de l’amidon)

Ne pas mĂ©langer au mĂȘme repas un aliment acide (comme un citron par exemple) et un farineux car l’aciditĂ© inhibe l’enzyme salivaire dĂ©butant la digestion des farineux.

Exemple de mauvais mélanges : tomates puis riz, pùtes sauce tomate


Le mĂ©lange typique de viande avec des pommes de terre et d’autres similaires, bien qu’ils soient communs dans n’importe quel menu, ne sont pas l’option la plus saine. IdĂ©alement, accompagnez toute assiette de protĂ©ines ou d’amidon avec une portion de salade ou de lĂ©gumes crus.

Les légumes verts se combine bien avec la plupart des aliments. Cependant, il y a quelques exceptions :

  • Le lait
  • Les fruits sucrĂ©s
  • La pastĂšque et le melon
  • Les sucres et sucrants

Ne rien mélanger avec les fruits.

En effet, le fruit est digĂ©rĂ© en quelques minutes dans l’intestin, il ne fait que passer dans l’estomac. S’il est consommĂ© en dessert il devra y rester plusieurs heures, piĂ©gĂ©. Cela entraĂźne des fatigues aprĂšs le repas, des fermentations acides digestives, des gaz intestinaux et divers troubles digestifs. Le meilleur moment pour consommer les fruits est Âœ heure avant le repas ou au moins trois heures aprĂšs celui-ci.

En ce qui concerne les diffĂ©rentes vitesses de digestion, il faut savoir que les sucres des fruits sont quasi directement assimilables sans subir de digestion. De leur cĂŽtĂ©, les graisses ralentissent la digestion car elles passent en premier et les autres aliments « attendent » patiemment dans l’estomac que les graisses aient fini leur Ă©mulsion dans le duodĂ©num. C’est la encore qu’il fermente.

L’habitude de prendre des fruits pour le dessert n’est pas aussi saine que nous le pensons, surtout si nous avons consommĂ© des amidons. En procĂ©dant de la sorte, le sucre contenu dans les fruits fermente dans notre estomac et entrave la digestion.

Pour la mĂȘme raison, nous devrions toujours Ă©viter les jus (qui contiennent encore plus de sucres) dans les repas.

MĂȘme que fruit acide ne vont pas avec les fruits doux.

Ne rien mĂ©langer avec les melons et pastĂšques, mĂȘme pas les fruits.

Les melons et les pastĂšques Ces fruits, qui sont souvent consommĂ©s en dessert ou mĂȘme avec des aliments salĂ©s, sont trĂšs nocifs lorsqu’ils sont mĂ©langĂ©s avec d’autres aliments. Ils sont riches en eau et en fibres et, bien qu’ils contiennent une grande quantitĂ© de vitamines et de minĂ©raux, ils ont une nature froide qui nous oblige Ă  les manger sur un estomac vide et sĂ©parĂ©ment.

Les produits laitiers

Les produits laitiers tels que le yaourt ou le fromage ne doivent pas ĂȘtre consommĂ©s avec de l’amidon qui contient beaucoup de glucide. Il y a une mauvaise combinaison, cependant trĂšs commune, qui est le yaourt avec du sucre.

L’eau

Chaque jour, nous devrions boire entre 1 et 2 litres d’eau. Cependant, beaucoup de gens qui essayent de se conformer Ă  cette habitude le font mal, car ils boivent souvent trop aux repas ou juste aprĂšs. Cela provoque une lourdeur et un gonflement lorsque l’eau est mĂ©langĂ©e avec des sucs gastriques et de la nourriture. L’idĂ©al est de toujours boire Ă  jeun : en milieu de matinĂ©e et d’aprĂšs-midi.

Ne buvez pas d’eau pendant les repas. L’eau dilue les sucs digestifs et a tendance à ralentir la digestion.

Les bonnes combinaisons

Quelques rÚgles élémentaires

  • Ne mangez qu’une seule protĂ©ine, qu’elle soit faible ou forte, par repas. Ex : on ne mĂ©langera pas des lentilles avec de la viande ou du poisson. Ou des haricots rouges avec du bƓuf.
  • De mĂȘme pour les amidons. Un seul par repas.
  • Les lĂ©gumes s’associent Ă  toutes les catĂ©gories, on privilĂ©giera donc au maximum cette association.
  • Mangez les aliments digestes en premier. À chaque aliment son temps de digestion. Cette premiĂšre habitude limitera la fermentation de certains aliments dans le bol alimentaire.
  • PrĂ©fĂ©rez Ă©galement les cruditĂ©s en dĂ©but de repas ! Elles contiennent des enzymes qui faciliteront la digestion des aliments qui suivront.

Un exemple de menu basé sur la théorie des combinaisons alimentaires serait :

  • DĂ©jeuner : Un repas de fruits
  • DĂźner : Un repas de farineux et de lĂ©gumes verts
  • Souper : Un repas de protĂ©ines et de lĂ©gumes verts.

Il s’agit en rĂ©alitĂ© plutĂŽt de dissocier que de combiner les aliments.

Les combinaisons passables

Cependant les suivantes sont acceptables sur le plan digestif :

Nous pouvons faire une exception si nous consommons de la viande ou du poisson avec de la salade (sans pommes de terre ni autres fĂ©culents). Dans ces cas, nous pourrions accompagner les protĂ©ines avec de l’ananas ou de la papaye, deux fruits tropicaux riches en enzymes qui facilitent le processus digestif.

Les fromages frais de chĂšvre, soja, brebis peuvent ĂȘtre associĂ©s avec des lĂ©gumes cuits ou crus. Il ne faut pas les mettre en fin de repas.

Conclusion :

Adopter les bonnes pratiques des combinaisons alimentaires

Pourquoi :

  • Une digestion plus rapide et sans inconforts comme l’aciditĂ©, le gaz ou les flatulences.
  • Une augmentation de l’Ă©nergie aprĂšs un repas aulieu d’une baisse d’Ă©nergie
  • Une meilleure fonction intestinale
  • Une meilleure assimilation

Comment :

  • Ne pas manger les aliments protĂ©iques et les hydrates de carbone (amidon/farineux) au mĂȘme repas.
  • Ne pas mĂ©langer les diffĂ©rentes sortes de protĂ©ines : viande, noix, lĂ©gumineuse,
  • Ne pas manger de fruit avec les repas de protĂ©ines ou d’amidon
  • Ne pas mĂ©langer les  fruits acides avec les fruits doux.
  • Ne jamais mĂ©langer les melon et pastĂšque avec rien d’autres. Toujours seul et Ă  jeun.
  • Ne jamais manger du sucre durant les repas.
  • Ne pas boire d’eau ou autre liquide durant les repas.
  • MĂ©langer les lĂ©gumes verts avec les amidons/farineux (Ex : millet au lĂ©gumes)
  • MĂ©langer les lĂ©gumes verts avec les protĂ©ines (Ex : Poissons et lĂ©gumes)
  • MĂ©langer les lĂ©gumes verts avec les lipides et gras (Ex : Salade avec sauce aux huiles)
  • MĂ©langer les lĂ©gumes verts avec les fromages (Ex : Gouter fromage et cruditĂ©)
  • MĂ©langer les fruits ensembles de mĂȘme taux d’aciditĂ© (Ex : Bol de fruit divers)

OBTENIR LE PDF DE CE TEXTE!!!!